Histoire des transports du Douaisis

A. Histoire des transports collectifs

C’est sous le règne de Louis XIV que Blaise Pascal créa les transports publics avec les « carrosses à cinq sols ». Le mode de traction était le même pour chaque système, le cheval.

A Nantes en 1823, un ancien colonel d’empire avait installé une minoterie équipée d’une machine à vapeur en plein centre-ville.  Ne sachant pas quoi faire de l’excédent, il décida d’ouvrir un établissement de bains, et afin d’y assurer une fréquentation régulière, il mit à disposition un service de transport. Notre homme s’aperçu très vite que pour le prix d’un bain, les nantais se contentaient uniquement du service transport sans fréquenter son établissement qu’il ferma et développa l’entreprise de transport. Le parcours passait par la place du « port aux vins ». Là un chapelier avait pour enseigne « omnes omnibus ». Par commodité, les nantais appelaient ces voiture les omnibus.

Devant un tel succès, son créateur, Stanislas BAUDRY, créa en 1828 à Paris une entreprise de service « omnibus ». L’exploitation par la traction animale devenait lourde et couteuse. En 1898, la CGO exploite 48 lignes d’omnibus comprenant 700 voitures et 14 000 chevaux (qui tirent aussi les tramways). Avec la création des moteurs électrique ou à vapeur, la Compagnie Générale des Omnibus (CGO) s’y intéresse et dote ses véhicules de ce système pour devenir « automobile », « autobus » étant le diminutif de « omnibus automobile ».

B. Histoire des transports dans le Douaisis

C’est le 24 Octobre 1898 que la première voiture de Tramway fait son entrée dans Douai, et ainsi commence l’histoire des transports dans le Douaisis, dont la première ligne partait de Dorignies pour se terminer à la Gare d’Aniche. La guerre de 1939-1945 endommagea sérieusement le réseau de tramway, et laisse place aux autobus à gazogènes dont la société s’implante en 1942 sous la Compagnie des Transports en Commun de la Région de Douai (TCRD). Le 5 mai 1949, suite à la désertification des tramways, le Conseil général émet un avis favorable à la suppression de ses lignes encore existantes. Le déclassement se fera le 11 mai 1950 au profit d’un moyen de transport plus rapide. Une idée de gare routière est envisagée à la gare de Douai, porté par l’association des « amis de Douai » avec la création d’une aubette et d’affichage des horaires.

 

En 1952, la TCRD devient la Compagnie des Transports de Douai (CTD). En 1963 il existe 7 lignes partant de Douai vers Leforest, Thumeries, Raimbeaucourt, Sin le noble, Aniche, Erchin et cité IDT (Cité des Immeubles de Transition, actuellement entre la prison et la rue Guynemer à Cuincy). La CTD pouvait assurer des déplacements de groupe pour mariage, excursions, et organise des voyages à la mer.

 

Alors qu’en France, 2/3 des ramassages scolaires se font par des lignes spéciales, dans le Nord en 1971-1972 les lignes régulières assurent l’essentiel du transport scolaire.

 

Le 4 novembre 1985 le Syndicat Intercommunal des Transports Publics de la Région de Douai (SITPRD) regroupe 22 communes et en assure la responsabilité des transports. Le 1er septembre 1986 le TUB arrive avec 120 véhicules, 12 transporteurs coordonnés par la Compagnie des Transports du Douaisis (CTD du groupe GTI) et 3 zones tarifaires ; avec une présence forte, des horaires fiables, des tarifs économiques et une utilisation pratique avec une billetterie magnétique et un système d’information voyageur en temps réel, le SIOU (Système d’Information et d’Orientation des Usagers). « Le TUB du Douaisis c’est le tube de l’année ». Le dégradé de jaunes incarnait la volonté de rompre avec la grisaille et la passé minier. Un nouveau dépôt (celui de Guesnain) sera inauguré en 1989.

 

Quelques changements d’exploitants ont eu lieu par la suite :

-          Janvier 1991 : TUD du Groupe CGEA-CGFTE

-          Janvier 1994 : TRANSTUB du groupe CARIANE

-          Juillet 1996 : SEMTUD SAEML (Société Anonyme d’Economie Mixte Locale)

-          Juillet 1999 : Société Douaisienne de Transports (SDT) filiale du groupe TRANSDEV.

Pour la petite anecdote, la période du SDT a été une période difficile avec les banques. En effet, les émetteurs de chèques libellaient au STD (Société de Télésurveillance du Douaisis) qui encaissait les sommes des ventes de billetterie qui étaient difficiles à récupérer.

 

Avec la mise en service de tramway dans un grand nombre de réseaux en France, et avec le concours de Transdev, qui était conducteur de plusieurs travaux de tramway, l’idée du Tram émerge au Syndicat des Transports de la Communauté du Douaisis (STCD).

 

En 2002, vu la création de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (CAD), le Syndicat d’Etude d’Aménagement, d’Organisation et de Gestion des Transports Collectifs et des Déplacements dans le Périmètre des Transports Urbains du Douaisis (SEAOGTCDPTUD) s’est réuni pour changer les statuts du Syndicat des Transports en Syndicat Mixte fermé et devient, à la place du STCD, le Syndicat Mixte des Transport du Douaisis (SMTD). Ce changement est aussi motivé par l’envie de mettre en place un Transport par tramway dans le Douaisis. Le SMTD exploite alors le TUB en Régie Directe et Gestion Directe, créant un flou juridique et c’est Mr Jean Jacques Delille qui en devient président.

 

Suite à quelques problèmes d’homologation, le Tram arrive en 2010 et le réseau change son nom en EVEOLE. Mr Delille démissionne de ses mandats de président du SMTD et de président de la CAD ; il est remplacé par Mr Kaczmarek puis par Mme Prouvost. Pour résoudre les blocages administratifs et juridiques qu’a connus le SMTD qui avait directement en charge 200 salariés de droit privé, elle créa la STAD.

 

En 2013, l’extension de la voie en TCSP est votée. Elle sera prolongé à l’est de Guesnain jusqu’à Aniche et à l’ouest jusqu’au Faubourg d’Esquerchin. Les travaux sont prévus pour commencer en Octobre 2013. A Aniche, la ligne A traverse la ville par la place Foch et l’ancienne gare pour arriver directement dans la rue d’Artois. Puis vient le remplacement des véhicules de la ligne A par de BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) de marque Mercedes, dont la mise en circulation est prévue pour le 2 janvier 2015.

×